LA VIE COMME ELLE VIENT

2018
94 mn
À la carte à partir de 9.99 €

2018
94 mn
Pour son second long métrage le cinéaste brésilien Gustavo Pizzi filme avec justesse le séisme provoqué par le départ d'un enfant au sein d'une famille ordinaire .
Irène, mère de famille brésilienne, a des journées bien remplies. Entre quatre garçons, un mari rêveur, une sœur au bord de la crise de nerfs et une maison qui prend l'eau, elle tâche de tout orchestrer. Quand son aîné de 17 ans, recruté par une équipe de hand-ball annonce son départ pour l'Europe, Irène est prise de court : saura-t-elle, avec son optimisme bienveillant, inventer un...
À la carte à partir de 9.99 €
Drame
Brésil | Uruguay
Tous publics
VO - HD

1 min avant
2 min après
Les + de filmo

Irène, mère de famille brésilienne a des journées bien remplies. Entre quatre fils, un mari rêveur, une sœur au bord de la crise de nerfs et une maison familiale qui prend littéralement l’eau, elle s’efforce de tout orchestrer. Mais, quand son fils aîné de 17 ans, recruté par une équipe de hand-ball, annonce son départ pour l’Europe, elle est prise de court et s’interroge : saura-t-elle, avec son optimisme bienveillant, inventer un nouveau quotidien pour sa tribu ? Tel est l’argument de La Vie comme elle vient, le second long métrage de fiction réalisé par le cinéaste brésilien Gustavo Prizzi.

La Vie comme elle vient, c’est d’abord une affaire de couple et revendiqué comme tel. Gustavo Prizzi en a coécrit le scénario avec son épouse l’actrice brésilienne Karine Teles laquelle incarne également le rôle principal du film. Le tandem avait déjà fonctionné pour Craft le premier film du cinéaste. De plus tous deux sont nés à Petropolis, la ville où le film a été tourné et tous deux ont quitté dès l’adolescence le domicile familial comme le jeune Fernando dans le film. Des similitudes évidemment assumées mais qui ne rendent pas pour autant l’ensemble autobiographique, selon le cinéaste lui-même.

Le film en revanche revendique haut et fort sa vraisemblance sociale. Il décrit ainsi avec précision le quotidien d’une famille brésilienne pauvre qui pour autant ne vit pas dans les favelas. Ils luttent pour une vie meilleure mais c’est la mère de famille qui se bat davantage, comme toutes les femmes brésiliennes ajoute d’ailleurs le réalisateur. Selon lui, beaucoup d’hommes abandonnent leur foyer ou, comme Klaus dans le film, se plaignent de devoir travailler toute la journée et rêvent d’une affaire juteuse qui leur garantissent une rente. C’est en cela que le film que vous allez voir est également un témoignage sur le Brésil d’aujourd’hui.

 
Dans le même genre vous pouvez trouver CASA GRANDE (Cet autre film brésilien réalisé par Felipe Barbosa partage avec celui de Gustavo Pizzi la figure centrale d'un adolescent de 17 ans et son importance au sein d'une famille) ou encore UNE FAMILLE BRÉSILIENNE (Comme son compatriote Pizzi, Walter Salles explore les stratégies déployées au sein d'une famille brésilienne pour lutter contre l'adversité quotidienne).

FilmoTV vous recommande

Même casting

Pas si éloigné

Autour du film