Bande Annonce de LE COMPLEXE DU CASTORDécouvrez la bande Annonce de LE COMPLEXE DU CASTOR sur FilmoTVhttp:////content.filmotv.fr/elts/programmes/2754/fond/2754_w_500.jpg
Jodie Foster
Anton YelchinCherry JonesJodie FosterMel GibsonRiley Thomas StewartJeff CorbettJennifer LawrenceKelly Coffield ParkMichael RiveraZachary BoothBaylen ThomasKris ArnoldSam Breslin Wright

LE COMPLEXE DU CASTOR

88 mn

Note de SensCritique :

6.5 / 10
voir la bande annonce

Réalisateur : Jodie Foster.

Casting : Anton Yelchin, Cherry Jones, Jodie Foster, Mel Gibson, Riley Thomas Stewart, Jeff Corbett, Jennifer Lawrence, Kelly Coffield Park, Michael Rivera, Zachary Booth, Baylen Thomas, Kris Arnold. Sam Breslin Wright

Synopsis : Walter est déprimé, de plus en plus distant avec sa famille et son métier. Sa femme finit par le chasser de la maison. Il touche le fond. Un soir, par hasard, dans un carton, il retrouve une vieille marionnette en forme de castor qui s'enfile sur la main. Il l'enfile et ne la quitte plus : la peluche va devenir son porte-parole, sa voix, l'objet de transition indispensable pour communiquer avec sa famille et ses collègues, et être, enfin, à nouveau, lui-même : un bon mari, un bon patron, sûr de lui, entreprenant et positif. La marionnette devient sa nouvelle personnalité. Mais, peu à peu, le castor prend le contrôle de sa vie et il n'arrive plus à s'en débarrasser...

Scénario : Kyle Killen.
Musique : Marcelo Zarvos.
Pays : Etats-Unis d'Amérique
Tags : Drame, Etrange !, Virus et maladie, A enfermer, La famille en folie, Je déprime, Comédie.

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
voir ce film

Vous croyez qu'il faut se mettre sous Prozac quand on est en dépression ? Qu'est-ce que vous pouvez manquer d'imagination … Non, le mieux, c'est un castor en peluche. Du genre : moi je suis trop mal, alors parle à ma marionnette...

Au départ, ce scénario qui excita tout Hollywood devait être une grosse comédie avec Steve Carrel. Puis Jodie Foster s'en empara, dans le but presque avoué de sauver son pote Mel Gibson. Il fallait qu'elle rende sa dignité à Mel le maudit et lui permettre de montrer à nouveau sa complexité d'acteur. Pari gagné ! Le complexe du castor, du coup, n'est plus une franche comédie, mais un film grinçant sur un homme qui ne veut plus être ce qu'il est, l'autopsie d'une famille qui s'ennuie...

Avec la bestiole en fourrure greffée à sa main droite, le héros réussit à redevenir un chef d'entreprise créatif et énergique et il parvient même à revenir dans le lit da sa femme, incarnée par Jodie, qui l'avait mis dehors. Ce qui donne la scène la plus dingue du film, franchement insolente pour un film hollywoodien : quand le mari et la femme refont l'amour, le castor est là. Il reprend même son souffle après l'orgasme... La grande idée de Jodie, réalisatrice est, bien sûr, d'avoir donné le rôle principal à Mel Gibson, qui a prouvé dans toute sa filmographie - et sa vie -  à quel point il était maso et tordu. Quand la marionnette refuse catégoriquement de quitter sa main, il sera obligé de faire couler, une fois de plus, son propre sang...

A la fois drôle et dérangeante, étrange mais acceptant un happy end qui met en valeur tout le malaise qui a précédé, cette comédie schizo vous fera regarder d'un autre oeil les doudous de vos enfants...

Mel est un mâle, un vrai. Mais, alors que les acteurs, et les hommes en général, ne trouvent pas de mal à se faire du bien, Mel Gibson, lui, n'est jamais aussi bien que lorsqu'il a mal. Il est complètement Mad, Mel, comme le surnommaient déjà ses potes de collège en Australie où il débarqua à 12 ans, avec ses dix frères et soeurs parce que leur père voulait éviter à ses fils d'aller au casse-pipe au Vietnam. Est-ce la culpabilité, justement, de ne pas en avoir fait cette guerre qui poussera Mel, devenu acteur, à s'exposer aux pires souffrances ?

Après son premier succès australien, l'apocalyptique Mad Max où il perd sa femme et son bébé, il est à nouveau veuf dans L'Arme fatale , son premier blockbuster américain. Veuf, complètement secoué de la cafetière et franchement suicidaire. Dans l'Arme fatale 3, c'est même par une parade sadomaso (hé, tu l'as vu ma cicatrice géante ?) qu'il séduit Rene Russo. En 1997, il passe au rayon torture. Dans Complots, il est salement mis à la question par un psy du FBI. Puis, l'année suivante, il est passé à tabac par des Chinois puis cassé en petits bouts par la mafia dans Payback et le bruit de ses os cassés le fait marrer. Corseté dans The Million Dollar Hotel de Wim Wenders, électrocuté au séchoir à cheveux dans la comédie Ce que veulent les femmes où il s'arrache les poils à la cire à épiler, fermier martyrisé et à nouveau veuf dans Signs de Night Shyamalan en 2001, on dirait que Mel le catholique n'en finit pas d'expier sa gloire et sa beauté.

Et quand il passe derrière la caméra, c'est encore pire ! Cela devient même gênant, quand, après Braveheart, déjà assez sanglant, il réalise en 2004 La Passion du Christ où il filme dans les moindres détails le martyre de Jésus, avec plaies en gros plan et, aussi, hélas, discours catho intégriste tendance antisémite... Ultra violent, raciste, Mel file vraiment un mauvais coton. Espérons que Jodie Foster, avec Le complexe de castor, l'ait remis dans le droit chemin : celui où il se fait mal à lui-même. Car quand Mel a mal, qu'est-ce qu'on l'aime...

L'homme et son moi

Il se traîne lamentablement, s'affale et se vautre sur son lit, n'a plus goût à rien, atteint de ce qu'on appelle le phénomène dépressif : sa femme n'en veut plus, son fils le prend en grippe, que lui reste-t-il ? Rien, sinon cette peluche de castor qu'il a sauvée d'une ...

Lire la suite
8
Aurea

Pour son troisième film en tant que réalisatrice, l'exquise Jodie Foster s'offre un drame familial. Et si vous lisez régulièrement mes critiques, vous savez que -même si j'aime être surpris- je n'aime pas ça, surtout pas la volonté de faire de ces histoires des long-métrages ...

Lire la suite
8
cloneweb

Happiness Therapy.

Plus ou moins persona non grata à Hollywood et dans les cercles bien-pensants depuis une poignée de dérapages outrageusement médiatisés, le comédien Mel Gibson est une personnalité complexe et difficile à saisir mais ô combien talentueuse derrière une caméra et un acteur ...

Lire la suite
8
Gand-Alf
le contexte
  • Egalement interprété par
    Mel Gibson
  • Pas si éloigné
    La famille américaine dans ces maisons de banlieue : un grand lieu de dépression ! Ici, encore, un père de famille (Kevin Spacey) pète un plomb et il n'est pas le seul dans le voisinage... Caustique !
  • Egalement realisé par
    Jodie Foster
  • Dans le même genre
    James Stewart incarne un homme tout ce qu'il y a de plus ordinaire, à une différence près : il a pour ami invisible un gigantesque lapin ! Une fable délicieuse sur la manière de lutter contre la difficulté de vivre grâce à un subterfuge un peu encombrant !
A voir également
Affiche du film MAVERICK

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film CHICKEN RUN

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film SAFE

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film MAFIA BLUES

à partir de

2.99
Inclus danspassillimite
 
FilmoTV vous recommande
Affiche du film COMME DES BETES

à partir de

4.99
 
Affiche du film THE WAVE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film DANS L OMBRE DE TEDDY RINER

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film AMERICAN NIGHTMARE 3 : ELECTIONS

à partir de

4.99
 
Affiche du film INSAISISSABLES 2

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LA TORTUE ROUGE

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés