LE COMPLEXE DU CASTOR

À partir de 2.99 €
Drame - 2011 - Etats-Unis - 90 MIN - VF - Tous publics
Walter est déprimé, de plus en plus distant avec sa famille et son métier. Sa femme finit par le chasser de la maison. Il touche le fond. Un soir, par hasard, dans un carton, il retrouve une vieille marionnette en forme de castor qui s'enfile sur la main. Il l'enfile et ne la quitte plus : la peluche va devenir son porte-parole, sa voix, l'objet de transition indispensable pour communiquer avec sa famille et ses collègues, et être, enfin, à nouveau, lui-même : un bon mari, un bon patron, sûr de lui, entreprenant et positif. La marionnette devient sa nouvelle personnalité. Mais, peu à peu, le castor prend le contrôle de sa vie et il n'arrive plus à s'en débarrasser...

Réalisé par

6.5 / 10
1 min avant1 min avant
2 min après2 min après
Les avis surSens Critique

Vous croyez qu'il faut se mettre sous Prozac quand on est en dépression ? Qu'est-ce que vous pouvez manquer d'imagination … Non, le mieux, c'est un castor en peluche. Du genre : moi je suis trop mal, alors parle à ma marionnette...

Au départ, ce scénario qui excita tout Hollywood devait être une grosse comédie avec Steve Carrel. Puis Jodie Foster s'en empara, dans le but presque avoué de sauver son pote Mel Gibson. Il fallait qu'elle rende sa dignité à Mel le maudit et lui permettre de montrer à nouveau sa complexité d'acteur. Pari gagné ! Le complexe du castor, du coup, n'est plus une franche comédie, mais un film grinçant sur un homme qui ne veut plus être ce qu'il est, l'autopsie d'une famille qui s'ennuie...

Avec la bestiole en fourrure greffée à sa main droite, le héros réussit à redevenir un chef d'entreprise créatif et énergique et il parvient même à revenir dans le lit da sa femme, incarnée par Jodie, qui l'avait mis dehors. Ce qui donne la scène la plus dingue du film, franchement insolente pour un film hollywoodien : quand le mari et la femme refont l'amour, le castor est là. Il reprend même son souffle après l'orgasme... La grande idée de Jodie, réalisatrice est, bien sûr, d'avoir donné le rôle principal à Mel Gibson, qui a prouvé dans toute sa filmographie - et sa vie -  à quel point il était maso et tordu. Quand la marionnette refuse catégoriquement de quitter sa main, il sera obligé de faire couler, une fois de plus, son propre sang...

A la fois drôle et dérangeante, étrange mais acceptant un happy end qui met en valeur tout le malaise qui a précédé, cette comédie schizo vous fera regarder d'un autre oeil les doudous de vos enfants...

FILMOTV VOUS RECOMMANDE

Même casting

Pas si éloigné

Le contexte

Mel Gibson

La famille américaine dans ces maisons de banlieue : un grand lieu de dépression ! Ici, encore, un père de famille (Kevin Spacey) pète un plomb et il n'est pas le seul dans le voisinage... Caustique !

Jodie Foster

James Stewart incarne un homme tout ce qu'il y a de plus ordinaire, à une différence près : il a pour ami invisible un gigantesque lapin ! Une fable délicieuse sur la manière de lutter contre la difficulté de vivre grâce à un subterfuge un peu encombrant !

CE QUE VEULENT LES FEMMES DE NANCY MEYERS

VOUS AIMEREZ PEUT-ETRE DANS LE PASS