LE DERNIER SAMARITAIN

À partir de 2.99 €
Parce qu'il y est prononcé 102 fois le mot "fuck", quatre fois moins que dans Casino !
Policier / Suspense - 1992 - Etats-Unis - 105 MIN - VF - interdit aux moins de 12 ans

Joe Hallenbeck est un détective privé alcoolique et cynique, qui a des problèmes avec sa femme et sa fille. Un ami, Mike, le met sur une affaire : la protection de Cory, une danseuse et petite amie d’une ex-star du football. Quand Mike se fait tuer, Joe prend l’affaire au sérieux. Puis c’est Cory qui est assassinée car elle détenait des documents compromettant. Jimmy Dix, le footballeur s’associe à Hallenbeck pour mener l’enquête, qui ne sera pas de tout repos.

Réalisé par

6.3 / 10
1MNavant
2MNaprès
Les avis sur Sens Critique

Bruce Willis est bien Le dernier boy scout comme en témoigne le titre en VO et sa dernière réplique dans le film : « Toujours prêt ! » Toujours prêt, en effet, à prendre des torgnoles, à en donner, et à balancer de bonnes vannes ! Ce film d’action avec un grand A, et bourré d’humour noir, est le sixième film de Tony Scott, le petit frère de Ridley, six ans après le triomphal Top gun qui fit de Tom Cruise une star.

Le Dernier samaritain, lui, repose tout entier sur Bruce Willis, dans le rôle d’un privé alcoolo, cynique et « en rupture de fierté », comme il le dit à son épouse, pas loin de son personnage destroy de John McLane dans la trilogie Die Hard. Une petite réplique de Bruce, qui finit en marcel déchiré et taché de sang comme d’habitude, pour comprendre l’esprit de ce polar plein d’ecchymoses et d’explosions ? « J’ai forniqué avec un écureuil et il en est mort ». Voyez le genre…

Sorte de synthèse de Piège de cristal et de l’Arme fatale pour le duo blanc-black, le black étant interprété par Damon Wayans, révélé entre autres par Colors de Dennis Hopper en 1988, Le dernier Samaritain est, pour beaucoup, bien plus qu’un simple polar : un film charnière mais ça, on vous l’explique après… « Personne ne t’aime. Tout le monde te hait, espèce d’enfoiré » se dit Bruce à lui-même en se regardant dans le rétro de sa voiture pourrie. N’importe quoi, Bruce, on t’adore !

FILMOTV vous recommande

Même réal

Même casting

Pas si éloigné

Contexte

Bruce Willis

Tony Scott

L'ARMÉE DES DOUZE SINGES DE TERRY GILLIAM

Vous aimerez peut-être dans le Pass Illimité