DEMOLITION MAN

À partir de 2.99 €
Pour Wesley Snipes et ses hurlements :"Holy shit, i love this gun!"
Policier / Suspense - 1994 - Etats-Unis d'Amérique - 110 MIN - VM - Tous publics
Un violent criminel (Simon Phoenix) et son ennemi juré, un flic aux méthodes pour le moins douteuses (John Spartan, surnommé Demolition Man), sont tous deux condamnés à une peine de cryogénisation forcée. Mais 36 ans plus tard, Phoenix parvient à sortir de son coma givré et sème la terreur dans un San Angeles (réunification de Los Angeles et San Diego) pacifié, totalement étranger à la violence, et quelque peu totalitaire. Spartan, le seul capable de l'arrêter, est alors réveillé et lancé à ses trousses...

Réalisé par

6.4 / 10
1MNavant
2MNaprès
Les avis sur Sens Critique
Jacky Goldberg
Jacky Goldberg
CHRONIQUEUR
On raconte qu'il exista une époque, aux alentours de 1993, où le monde était d'une violence inouïe, laissé à la merci des barbares et des philistins. A cette époque, dit-on, la guerre faisait rage un peu partout sur Terre : en Somalie, en Israel, en Yougoslavie... Les rues des métropoles étaient rongées par la criminalité et la luxure... Les populations fumaient, se nourrissait d'une alimentation grasse, se reproduisaient sans contrôle, et, parait-il, utilisaient même du papier au sortir des toilettes....

A cette époque, pour se divertir, les gens allaient au cinéma, voir des acteurs remuer dans tous les sens et imiter les pires travers de l'humanité. Un film sorti cette année-là mettait ainsi en scène deux acteurs, parmi les plus célèbres : Sylvester Stallone et Wesley Snipes. Le premier avait connu une décennie de succès extraordinaires, qui en faisaient l'une des plus grandes stars au monde. Le second, plus jeune, se cherchait encore un style, et hésitait entre ce qu'on appelait alors un cinéma d'auteur (Spike Lee aurait été son mentor) et un cinéma d'action – il paraît qu'il aurait finalement choisi cette voie-là.

Le film en question, intitulé Demolition Man, les faisait s'affronter violemment sur un écran éclairé par un projecteur lumineux. Le réalisateur s'appelait Marco Brambilla, et c'était son premier film (il n'en fit hélas pas d'autre, que l'on sache). Quant au producteur – c'est le nom qu'on donnait au patron dans cette industrie située à Hollywood – il s'appelait Joel Silver et enchaînait les succès à une vitesse considérable. Dans ce film, donc, les deux acteurs jouaient soi-disant « le flic le plus redoutable et le criminel le plus dangereux du 21e siècle ». Et il  se retrouvaient, après une cryogénisation forcée de 36 ans, dans un futur aseptisé où, était-il écrit sur l'affiche, « il n'y avait pas de place pour les deux »... Je sais que tout cela semble bien étrange et qu'aujourd'hui on a du mal à croire que de telles choses ont existé.  Nous vous demanderons pourtant d'y croire, malgré tout, et d'ailleurs, nous en avons ici-même la preuve...

FILMOTV vous recommande

Même casting

Pas si éloigné

Contexte

Sylvester Stallone

Marco Brambilla

JUDGE DREDD

Vous aimerez peut-être dans le Pass Illimité

Disponible sur





Paiement sécurisé
Mode de paiement
Partenaires

Avec l'offre d'abonnement VOD illimité FilmoTV, voir les meilleurs films sur vos supports préférés c'est tout de suite et en toute simplicité ! FilmoTV, un système multi-écrans : PC classique, application smartphones Android, système iPhone et tablettes, service dédié au câble, télévisions connectées, c'est ouvert ! Découvrez vos films d'aventures en abonnement VOD illimité ou de vos films d'espionnage en téléchargement légal. Pour cela allez sur les pages mode d'emploi et comment s'abonner.