LUKE LA MAIN FROIDE

À partir de 2.99 € | -50% avec le Pass Illimité (sous conditions)
Parce que les 37 prisons de Paul Newman dans le film renvoient à la Bible (Saint Luc)
Drame - 1967 - Etats-Unis d'Amérique - 122 MIN - VF - Tous publics

Pour avoir détérioré des parcmètres un soir où il n’avait rien d’autre à faire, Luke est condamné à deux ans dans un pénitencier de Louisiane. Mais aucun mur ne peut le retenir, et lorsqu’il n’est pas occupé à  préparer une évasion, il ridiculise les autorités.  Très vite, il s’attire la sympathie de ses codétenus, en particulier d’un dur à cuire appelé Dragline...

Réalisé par

7.6 / 10
1 min avant1 min avant
2 min après2 min après
Les avis surSens Critique
Gérard Delorme
Gérard Delorme
CHRONIQUEUR

Sorti au plus fort des années 60, Luke la main froide est typique  de l’époque avec son opposition binaire d’un individu anticonformiste  et irréductible face à un  sytème normatif. L’anti-héros était à la mode, et il représentait un modèle auquel on pouvait s’identifier. Aujourd’hui, la mode est passée, mais le personnage joué par Paul Newman n’a rien  perdu  de son pouvoir de séduction: il ne veut aucun mal à personne, il passe son temps à défier l’autorité, et le motif même de sa condamnation le rend sympathique : il saboté des parcmètres un soir de beuverie.  Ses compagnons de cellule l’aiment bien  parce qu’il représente l’esprit de liberté , qu’il soit en prison ou en cavale. Irrésistible au début, le personnage prend de la distance, avant de se sacrifier pour délivrer un message intemporel et universel, exhortant chacun à s’accomplir personnellement.

A part les insistantes analogies christiques qui font du personnage un martyr, le film n’a pas pris une ride  grâce à l’énergie irrépressible de Paul Newman, incontestablement au sommet de sa forme

FILMOTV VOUS RECOMMANDE

Même casting

Pas si éloigné

Le contexte

Paul Newman

Stuart Rosenberg

L'ARNAQUEUR

VOUS AIMEREZ PEUT-ETRE DANS LE PASS